L’inexorable montée en puissance des NBIC

Lorsque les meilleur élèves de nos grandes écoles scientifiques se dirigeaient en cohortes serrées vers les salles de marchés, y compris anglo-saxonnes, étaient payés plus cher que leurs Présidents et s’exportaient à Londres et à New-York, ils suscitaient l’admiration et flattaient l’orgueil national.On verrait alors, comme le montrent de nombreuses études empiriques, que la réduction des inégalités est un bienfait économique autant que social et que l’impératif écologique est un puissant moteur d’innovation !Ce problème trouve sa source principale dans l’augmentation de l’espérance de vie, ce qui est une bonne nouvelle.On aura tôt fait d’y voir un ersatz de pensée plus proche du café du commerce que de la réelle réflexion.Pour qui ? Pendant trois ans, elles ont « planché » dans le cadre du séminaire animé par réputation sur internet.Toutefois, cela peut également signifier que certaines missions traditionnelles figurant dans le giron des pouvoirs publics seraient reprises par le secteur privé.Grâce à lui, on comprend mieux ce qui se joue sous le sapin.Ailleurs dans le monde, on estime à plus de 5 millions les morts dans un conflit depuis 1949, année de la fin de la guerre civile chinoise et début de « l’équilibre de la terreur ».Les possibilités promises par l’informatique quantique attisent cependant toutes les convoitises.Et ils le veulent, ils veulent exister et participer, mettre leur savoir-faire et leur argent, non pas sous un matelas, mais dans notre économie.Elle n’allait pas, pour autant, disqualifier l’objet livre et l’expérience spécifique de lecture qu’il délivre.

Share This: