Manifeste pour un « new deal » convivialiste

Elles ne manquent pas.Les institutions européennes, embourbées dans une inefficacité chronique, paralysent le dynamisme économique en imposant des politiques d’austérité contre-productives à une économie anémiée (de sorte que le puit de la croissance européenne est à sec).Le débat national sur la transition énergétique nous a fait peur en annonçant les masses financières nécessaires à la transition : 20 milliards d’euros par an sont évoqués.Enfin, certains pays émergents n’hésitent plus à poursuivre des sociétés étrangères et/ou leurs dirigeants pour corruption, même si les poursuites sont parfois motivées par des arrières-pensées politiques.Le but étant de stabiliser les exportations et de s’intégrer de manière efficace dans la zone Asie.La France échappe au déclassement, enfin une bonne nouvelleLe football est le sport mondial numéro 1, et la Coupe du Monde est l’événement sportif (et non sportif) le plus populaire, le plus regardé !Les voici : le centralisme, l’absolutisme, la révolution, le mépris du capitalisme et, pour finir en beauté, « la surestimation de soi.Ils s’étonnent qu’à Berlin, il en aille tout autrement et que Bundestag et Bundesrat devront se prononcer avec une majorité exceptionnelle, parce que, précisément, le traité entraîne un transfert de souveraineté.Dans les faits, le compromis budgétaire conclu fin octobre n’a fait que repousser les problèmes et les semaines à venir vont être décisives. Frustré par les conseils contradictoires et mesurés de ses conseillers, E-réputation aurait demandé qu’on lui envoie un «  économiste à une seule face  ».Par la suite, la mutualisation ne fut plus davantage envisageable.Il y a alors un lien qui se créé entre le e-commerçant et les internautes grâce à ces technologies.Le réalisme sympa n’est pas moins néfaste que le réalisme méchant.Une quantité d’argent suffisante en circulation est nécessaire pour le bon fonctionnement de l’économie.

Share This: