Pierre-Alain Chambaz

Et donc éphémère. L’Inde a fait le choix de l’auto-approvisionnement en blé, mais la production nationale n’arrive pas à couvrir les besoins. Personne n’a d’illusions à ce sujet. Il entretient des relations définies avec d’autres dieux. Sa résistance instinctive aux innovations en est la preuve. Ainsi, en des couches diverses et des quantités innombrables, dorment, pour ainsi dire, dans le fond de notre âme, toujours liées les unes aux autres, suivant l’ordre de leur production, des idées anciennes qui demeurent insensibles, jusqu’au jour où, par suite de quelque circonstance nouvelle, quelque effet d’attention vienne les éveiller et les mettre en lumière ». Un homme qu’on croirait déguisé est comique encore. Les critiques de Darwin appartiennent à deux classes. Malheureusement, tandis que certaines maladies sont en voie de diminution, on en voit apparaître de nouvelles. Mais l’intelligence intervient, avec la faculté de choisir : c’est une autre force, toujours actuelle, qui maintient la précédente à l’état de virtualité ou plutôt de réalité à peine visible dans son action, sensible pourtant dans sa pression : telles, les allées et venues du balancier, dans une horloge, empêchent la tension du ressort de se manifester par une détente brusque et résultent pourtant de cette tension même, étant des effets qui exercent une action inhibitrice ou régulatrice sur leurs causes. Autrement dit, ces chutes – certes violentes mais encore contenues – risquent de tourner à la panique. Elle suffirait déjà, même sans les états qui vont suivre, à distinguer le mysticisme vrai, complet, de ce qui en fut jadis l’imitation anticipée ou la préparation. Concurrence déloyale ? Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois « Connaître autrui n’est que science ; se connaître soi-même, c’est intelligence ». Tout d’abord, le ratio dette/PIB s’est stabilisé au début du deuxième semestre 2014, bien que son niveau reste relativement élevé puisqu’il représente 251% du PIB. L’augmentation de la dette chinoise a fait la Une des médias du monde entier. Au hit-parade des phénomènes en vogue dans les entreprises, le burn out tient incontestablement une place de choix. Pour ceux avec des revenus réguliers, il n’y aura pas de changement au niveau de leur trésorerie : le montant d’impôt prélevé mensuellement sur leurs revenus courants sera approximativement le même que celui qu’ils auraient eu à payer sur leurs revenus de l’année précédente. La situation ambiguë par rapport à leur TVA fausse les arbitrages entre achat et location d’équipements qu’elles seraient susceptibles de faire après un calcul économique. Tout aussi modeste que soit encore l’énergie solaire dans le paysage électrique américain ou mondial, le succès d’entreprises comme SolarCity est l’illustration d’une tendance plus globale : celle de la mutation du paysage électrique, autrefois régulé, centralisé et consolidé, en une toile plus complexe reliant de nombreux acteurs entre eux. Les remontées des employés sur les comportements d’achat, les besoins précis et concrets des clients, l’analyse rigoureuse de la concurrence, la recherche des meilleures relations avec les fournisseurs,… sont autant d’éléments qui peuvent aider à construire la vision stratégique de la société. Est-ce cela la modernité ?

Share This: