A votre santé, les philosophes !

Ç’a été un bonheur, disait-il, que les laves aient suivi le chemin déjà tracé par d’autres, car les plus anciens n’ont pas vu la montagne en rejeter autant.Ce qu’elles peuvent faire, c’est nous aider à mieux penser ces problèmes, ou à lever d’énormes confusions dans l’énoncé même de ces problèmes », indique Christian Navlet.La même chose se passe dans notre cœur, où viennent s’imprimer, dès le sein maternel, toutes les joies et toutes les douleurs du genre humain : sur chacun de nous, quoi qu’il fasse, ce sceau doit rester.Nous avons donc, parmi les forces intérieures, le sentiment d’une force qui n’est pas insurmontable, mais qui est pour nous indestructible (ou du moins qui nous semble telle d’après une série d’expériences).» On peut la comparer à ces rochers cachés entre deux eaux, qui font faire tant de naufrages.Pendant qu’en Allemagne l’idéalisme abstrait et rationaliste de Hegel devenait feuerbachisme et matérialisme, et que la philosophie européenne cherchait, dans l’expérience sensible et dans la matière, à retrouver l’Être, en Russie l’idéalisme abstrait de Hegel devenait l’idéalisme concret, la philosophie russe originale et c’est dans l’Être concret et vivant que la pensée russe retrouvait l’Être perdu.Il est aussi des points où la douleur et le plaisir aigu semblent se confondre : les spasmes de l’agonie et ceux de l’amour ne sont pas sans quelque analogie; le cœur se fond dans la joie comme dans la douleur.La lutte pour la vie a beau être diminuée par le progrès de l’évolution, elle reparaît dans certaines circonstances, qui sont encore fréquentes de nos jours.La légion des grands infortunés, des martyrs ignorés ou glorieux, tous ces hommes dont le malheur propre fait le bien d’autrui, tous ceux qu’on a forcés au sacrifice ou qui l’ont cherché eux-mêmes, s’en sont allés à travers le monde semant leur vie, versant le sang de leurs flancs entr’ouverts comme d’une source vive : ils ont fécondé l’avenir.D’un autre côté, celui qui a la foi dogmatique croit qu’il possède, à l’exception de tous les autres, la vérité entière, définie et impérative : il a tort.Nos moralistes en sont encore à l’arbitraire distribution que semble admettre l’Évangile : « À ceux qui ont déjà il sera donné encore, et à ceux qui n’ont rien il sera enlevé même Je peu qu’ils possèdent.Et moi, voyez-vous, il ne me croit pas assez sérieuse pour se confier à moi… Bonjour, Hamlet !

Share This: