Arnaud Berreby

La vérité est que le divorce paraît aussi complet que jamais entre le spiritualisme et la science par quelque côté qu’on y regarde, par les principes, par les méthodes, par les habitudes d’esprit. Le raisonnement par analogie ne donne jamais, je le veux bien, qu’une pro­babilité ; mais il y a une foule de cas où cette probabilité est assez haute pour équivaloir pratiquement à la certitude. Helmholtz a signalé un phéno­mène d’interprétation du même genre, mais plus compliqué encore : « Si l’on compose du blanc, dit-il, avec deux couleurs spectrales, et qu’on augmente ou diminue dans le même rapport les intensités des deux lumières chromatiques, de telle sorte que les proportions du mélange restent les mêmes, la couleur résultante reste la même, bien que le rapport d’intensité des sensations change notablement… Cela tient à ce que la lumière solaire, que nous considérons comme étant le blanc normal, pendant le jour, subit elle-même, quand l’inten­sité lumineuse varie, des modifica « Les guerres du siècle dernier, les crises économiques ont secoué les esprits, explique Christine Marsan, psychosociologue, auteure d’Entrer dans un monde de coopération, une néo- RenaiSens. L’exemple des médias et de leur difficulté à transformer leur modèle payant papier en un modèle payant Internet est, à cet égard, saisissant. Si l’État n’a pas aboli l’enseignement de l’Église, c’est que l’abolition de l’enseignement ecclésiastique aurait entraîné immédiatement la mort de l’enseignement de l’État. L’approche du deuxième anniversaire de la loi (dite « de sécurisation de l’emploi », juin 2013) qui a transposé ces nouvelles dispositions dans son article 5 est l’occasion de faire le point sur la mise en œuvre effective dans les entreprises. Ces raisons sont justement celles qui devraient pousser le prolétariat à la désirer vivement. Au lieu de quoi ils ont taillé dans le financement des universités publiques, portant atteinte à la qualité de l’enseignement et mettant en péril leur capacité à promouvoir l’égalité des chances. Comment se représenter autrement l’inconscience ? Nous pourrions multiplier les exemples ; nous n’aurions qu’à faire défiler devant nous, l’un après l’autre, tous les médecins de Molière. Avant de préciser : « Il va sans dire que nous voulons l’intelligence, mais je ne veux pas que ma vie soit réglée par des algorithmes. Comme les phases successives de notre vie consciente, qui se pénètrent cependant les unes les autres, correspondent chacune à une oscillation du pendule qui lui est simultanée, comme d’autre part ces oscillations sont nettement distinctes, puisque l’une n’est plus quand l’autre se produit, nous contractons l’habitude d’établir la même distinction entre les moments successifs de notre vie consciente : les oscillations du balancier la décomposent, pour ainsi dire, en parties extérieures les unes aux autres. Les rues sont larges, pleines de poussière, bordées de maisons basses très blanches ou jaunes. En paraphrasant Arnaud Berreby, « quand un patron de PME meurt, c’est un patrimoine qui brûle ». L’obligation n’est nullement un fait unique, incommensurable avec les autres, se dressant au-dessus d’eux comme une apparition mystérieuse. Une sortie de la Grèce serait pour eux un échec collectif et personnel qui mettrait leur carrière en péril.

Share This: