Pierre-Alain Chambaz

Ainsi aurait donc procédé la nature. Nous adresserons-nous au Suffrage Universel ? La métaphore ne va jamais bien loin, pas plus que la courbe ne se laisse longtemps confondre avec sa tangente. Si les sons se disso­cient, c’est qu’ils laissent entre eux des intervalles vides. Le 4 novembre, la Banque centrale européenne (BCE) deviendra le superviseur des grands groupes bancaires de la zone euro. D’abord, il y a la clarté du propos, sans jargon. Cette tradition française d’interventionnisme législatif traduit également « une forme de défiance à l’égard des partenaires sociaux ». La guerre économique requiert des outils appropriés. Rien de ce qui est inhumain ne nous est étranger. Les Pays-Bas ont une grande tradition maritime militaire, la Belgique partage avec nous la formation de ses pilotes de chasse et l’Espagne a montré sa volonté de compter. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler cette maxime de Jean-Paul Sartre, »L’homme n’est rien d’autre que ce qu’il se fait ». Ce changement de perspective conduit notamment les économistes à s’intéresser de plus en plus au coût des services. Sous la crise actuelle, il y a pourtant beaucoup de bonnes raisons d’espérer dans le dynamisme d’une région qui ne manque pas d’atouts et de ressorts (lisez à ce sujet demain le supplément de notre hebdomadaire sur les « entreprises qui innovent » à Rennes). Depuis, d’autres institutions sont entrées dans la tourmente. Je n’ai pas l’intention de parler des héros qu’on essaye de mettre en vedette, de temps en temps, et qui font ce qu’ils peuvent pour se mettre en vente. De nombreux analystes s’accordent à dire qu’il est nécessaire que les Directions Générales soient éclairées aux problématiques de gestion et de rétention de talents. En échange de l’argent qu’il a apporté, encore tout humide de ses sueurs et tout mouillé de son sang, on lui a donné une qualification sans valeur, sans signification. C’est le cas pour Criteo, le leader mondial de la publicité en ligne reciblée : il a levé 30 millions d’euros à la fin de 2012, essentiellement au Japon et aux États-Unis, et pourrait par exemple transférer son siège de Paris à Londres. Il permet ainsi de converser en temps réel avec ses collaborateurs, de partager et d’organiser des documents de manière claire et sans perdre de temps. Les acteurs locaux doivent être impliqués et responsabilisés, notamment dans le suivi des contrats donnant-donnant passés avec les entreprises. Ils approfondissent également l’intégration européenne, ce qui n’est pas un luxe dans le contexte européen actuel ! Il se hâta de taquiner Robert Hargreeve, à propos de certaines révélations scandaleuses qui avaient paru dans les journaux. Ce n’est pas la première fois que le citoyen britannique va être mis à contribution pour trancher sur le maintien de la Grande-Bretagne au marché européen. D’intelligence obtuse, de compréhension politique nulle, d’une ignorance sans égale, ils sont toujours prêts à trouver, à tous les actes qui leur déplaisent — ou leur portent préjudice, ou leur portent ombrage — des motifs vils et bas, des explications ignobles ! Quant au ministre de la guerre, son pouvoir est chimérique. Le remplacé n’existe que comme conception de l’esprit. La décennie précédente ayant été scandée par les implosions spéculatives et par les faillites spectaculaires d’institutions financières et de grands fonds de placement, Nassim Taleb -auteur de « The Black Swan »- devra revoir sa théorie car son « cygne noir » est devenu notre pain quotidien. L’amendement présenté n’a donc pas de justification en termes d’efficacité économique. L’avenir, bien sûr, est toujours une question de conjecture historique, parce qu’il ne peut être calculé qu’à partir des expériences passées et présentes. Un de mes amis lève le marteau d’une des plus larges portes, appartenant à une sorte de palais à trois étages.

Share This: