Si l’euro n’était pas là…

Autres sujets de préoccupation : l’existence d’une « illusion de liquidité » (les investisseurs détiennent des actifs moins liquides qu’ils ne le seraient en cas de retournement des marchés) et l’interconnexion financière accrue entre pays avancés et émergents.L’enjeu est celui des capacités d’évolution politique de la Chine, en contrepoint de celles de l’Occident, face au défi commun du développement inclusif et soutenable.Non : il n’est nullement impératif du point de vue macro économique d’atteindre un budget excédentaire à l’horizon 2015.Ironie de l’histoire, Thomas Edison confia à Henri Ford au crépuscule de sa vie : « Je mettrais mon argent dans le soleil et l’énergie solaire.En 2011, la France était ainsi 15ème sur 17 dans la zone euro pour la part de l’industrie dans la valeur ajoutée, comme le rappelait le rapport Gallois de 2012.Pour l’entreprise comme pour le salarié, l’action de formation continuera de ressembler à ces cours optionnels que des étudiants suivent en dilettante car ils sont sans enjeu.C’est après coup, progressivement, par les élections ou la négociation, mais aussi par les influences venues de l’étranger, que la France a changé.Notre contributeur rencontre femme ukraine, tente de répondre.J’y reviendrai.En France, il nous apparaît évident qu’un secteur tel que le tourisme, par exemple, aurait besoin d’une mobilisation générale de tous les acteurs autour du savoir accueillir et de l’esprit de service…En réalité, le premier de ces arguments – à savoir le manque d’omniscience – ne revêt que bien peu de sens, tandis que la problématique de démarche rentière peut être résolue au moyen de mesures institutionnelles appropriées.Les fonctionnaires de la Commission européenne qui ont une inclination pour l’intégration ne considèrent clairement pas cela comme un état final satisfaisant.

Share This: