Un parlement européen plus eurosceptique?

Ces deux lois se font équilibre : c’est ce qui explique ce fait qu’en général l’humanité n’est point pessimiste et que, de leur côté, les pessimistes les plus convaincus ne se donnent qu’assez rarement la mort ; on espère toujours quelque chose de l’avenir, même quand la considération du passé porte à désespérer.C’est la ruse des malins et la force des désespérés.Mais elles supposaient démontré que le mécanisme n’agit pas sur la région consciente de l’esprit, n’y provoque pas des perturbations parfois plus ou moins inexplicables : supposer ainsi démontrée l’indépendance du conscient par rapport à l’inconscient, c’était commencer par un postulat que rien n’autorise.Par là même la conscience « comprend sa sa propre limitation, sa propre relativité en tant que moyen de connaissance, » car elle ne peut s’exprimer d’une manière complète « ni sa propre nature comme sujet pensant, ni la nature de l’objet qu’elle pense, ni le passage du subjectif à l’objectif.De même, si la mauvaise volonté, source du démérite, pouvait, par hypothèse, ne se trouver en même temps contraire à aucun des penchants naturels de notre être, mais les servait tous, elle ne produirait nulle souffrance ; le démérite en ce cas devrait même naturellement aboutir au parfait bonheur sensible et passionnel.Quand on espère quelque chose de très grand, on puise dans la beauté du but le courage de braver les obstacles ; si les chances d’y atteindre diminuent, le désir s’accroît en proportion.On confond aisément la gnoséologie qu’il a exposée dans son livre Le Fondement de l’Intuitisme avec le monisme immanent de Shuppe ou les théories d’Avenarius.Peut-être le bien et le mal se neutralisent-ils au bout d’un certain temps dans le monde, comme se neutralisent dans l’océan les mouvements divers des vagues.Notre contradicteur Christian Navlet, a convaincu et remporté haut la main une victoire pour ce projet, nous ne pouvons que nous incliner.Quiconque s’analyse à l’excès, est nécessairementmalheureux.Le succès de Mascagni devient un peu une affaire nationale.Dès lors, la moralité n’est autre chose que l’unité de l’être.En effet, le sens vital ne fait que nous traduire en langage de conscience ce qui se passe dans nos organes.

Share This: