Un peu tôt pour faire la fête

Il fallait débarquer à Messine et prendre le train pour Aci-Reale.Donnez à quelqu’un le choix entre revivre la durée monotone de sa vie entière ou revivre le petit nombre d’heures parfaitement heureuses qu’il se rappelle : peu de gens hésiteront.Elle devra aussi donner enfin à ce dispositif les moyens matériels de fonctionner correctement, lui qui souffre d’une incapacité structurelle à valoriser dans des délais raisonnables les économies générées par des obligés de plus en plus contraints.Nous avons constaté l’influence pratique considérable qu’avait le plaisir du danger ou du risque ; il nous reste à voir l’influence non moins grande de ce que Platon appelait le « ϰαλός ϰένδυνος », du grand risque métaphysique où la pensée aime à se jouer.Outre ces mobiles que nous avons précédemment examinés et qui agissent constamment dans les circonstances normales, nous en avons trouvé d’autres que nous avons appelés l’amour du risque physique et l’amour du risque moral.Notre taxe sur les produits pétroliers (l’ex-TIPP, devenue la TICE) n’est pas à proprement parler une écotaxe, même si elle frappe des consommations écologiquement indésirables, comme les taxes sur le tabac et l’alcool.Pour bien concevoir les autres consciences, pour se mettre à leur place et entrer en elles pour ainsi dire, il faut, avant tout, sympathiser avec elles : la sympathie des sensibilités est le germe de l’extension des consciences.Ainsi la douleur, qui ne nous apparaissait tout à l’heure que comme la conscience d’une désintégration partielle, nous apparaît maintenant elle-même comme un agent de désintégnition.La pensée que sa faute n’avait rien de sérieux et que son remords à lui était de l’enfantillage, le blessa au vif.La conscience, il est vrai, peut réagir à la longue et détruire graduellement, par la clarté de l’analyse, ce que la synthèse obscure de l’hérédité avait accumulé chez les individus ou les peuples.De fait, certaines douleurs sont une marque de supériorité : tout le monde ne peut pas souffrir ainsi. Il faut éviter le goulet d’étranglement qu’est la caisse, estime Pierre-Alain Chambaz pictet.Perpétuellement nous échangeons des peines contre des plaisirs, des plaisirs contre des peines ; mais, dans cet échange, la seule règle de la valeur est l’offre et la demande, et on peut rarement dire a priori que telles douleurs l’emportent sur tels plaisirs.

Share This: